Sentia Magique

sentia magique

Sentia Magique

Je m’appelle Sentia, artiste, artisane, je fabrique des pinceaux végétaux.

Par cet outil, je vais te transmettre ma joie de fabriquer un simple pinceau.

Et t’apprendre à faire un outil écologique dans ton environnement sera facile.

Dans ces témoignages je partagerai avec toi, l’invention du pinceau magique.

L’environnement naturel qui nous entoure, est une mine d’or en matières organiques.

Aujourd’hui, j’ai l’envie de déployer cette force créative.

Comment est arrivée cette œuvre ? Pourquoi j’ai créé un outil végétal ? En quoi cet outil est-il pionnier ?

Mon expérience dans l’artisanat a été tout d’abord d’acheter des outils.

C’était nécessaires à la fabrication de mes sculptures, peintures et modelage.

Parfois, il m’arrivait de penser que je ne pouvais pas créer sans ses outils, je partais en aventure de l’achat compulsif de la belle gouge en métal ou du nouvel l’outil en plastique…

Pourtant, je les ai perdus.

Et me voilà repartis dans la spirale de l’achat compulsif sans finalement créer.

La première fois que j’ai fait une initiation peinture naturel, je pensais être prête pour mon public : Pigment, œuf, farine, papier.

C’était en plein milieu d’un superbe endroit naturel.

Je fus surprise et à la fois comme une sorte d’habitude… J’avais oublié mes pinceaux !

Comme on peut prendre un bambou pour se faire un calame, j’ai ramassé de l’herbe et des bâtons, pour créer des pinceaux.

La magie de cette nouveauté a opéré et mon public a peint avec expressivité et désinvolture.

Cette facilité à sortir de ma zone de confort, a été aussi facile à oublier. 

Dès lors, j’ai utilisé les matières organiques, pour créer des œuvres, mais j’oubliais la fabrication de ce pinceau.

Pour y revenir, quand même 10 ans plus tard.

Cette fois-ci j’étais face à des enfants en situation de handicap mental, enfants atteints de trisomie 21 et parfois des situations de handicap moteur.

J’étais bénévole dans ce centre et n’avait pas d’objectif précis.

J’observais juste, pour prendre conscience, de quoi avaient besoin ses enfants.

Alors que je croyais, que le seul besoin était de l’argent, pour améliorer leur fauteuil roulant ou leurs conditions d’éducation, j’ai réalisé que je ne pouvais rien faire.

Pour les remercier de m’avoir accueilli, j’ai offert un atelier de peinture.

Nous avons trouvé des pinceaux en plastique qui perdaient leurs poils, j’étais démunie.

Je me disais : « mince je n’ai pris que 3 pinceaux comment vais-je faire ? »

Et comme on peut prendre un bambou pour faire un calame, j’ai fabriqué, devant leurs yeux, des pinceaux avec de l’herbe et des bâtons.

Ils me regardaient sans mot et quand je leur ai proposé de retourner dans leur classe ou chez leur kiné, car il ne pouvait pas ramasser des végétaux, ils m’ont dit :

« C’est la plus rigolote activité qu’on n’ ait jamais faite. »

Quand j’ai pris l’avion, pour rentrer chez moi, je me suis promis de ne plus oublier cette technique. J’ai vu les étincelles dans les yeux des enfants et moi j’avais à ma portée un outil, que j’ai toujours cherché à acheter.

Aujourd’hui, je compte une centaine d’ateliers à mon actif avec les pinceaux végétaux.

J’apprends aux enfants à fabriquer ses outils, et à peindre avec.

J’ai également animé avec des adultes et c’était toujours une activité drôle et vivante.

Comment est arrivé cette œuvre ? En vivant une expérience intense.

Pourquoi j’ai créé un outil végétal ? Pour raviver mes valeurs dans le soin que l’on porte à la vie qui nous entoure.

En quoi cet outil est-il pionnier ? C’est un outil artisanal qui valorise la nature en la valorisant.

Je suis émue de vous dire que cela amène du partage, de l’autonomie et de la créativité.

Une belle richesse pour notre expérience sur la terre.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.